logo_nn.gif (3319 octets) Les fiches de Nord Nature Collection "Jardin" 2011 toutes les fiches
Le compost : la technique du compostage

 

Cette fiche pratique est extraite de la brochure "Comment jardiner "Naturel"?". Auteur : Emile Vivier accueil

Cette fiche pratique sur le compostage comporte 3 pages

+ les matériaux à composter
+ la technique du compostage (vous y êtes)
+ l'utilisation du compost

Comment Procéder ?
Il existe plusieurs méthodes, jamais très complexes mais, tout de même, plus ou moins simples.
Nous ne parlerons ici que de l'une des plus simples mais parfaitement efficace : le compostage en tas.
Les matières à composter sont entassées au fur et à mesure de leur production, sur le sol, pour constituer un amas de 1 m à 2 m de large, qu'on allonge selon les besoins et dont la hauteur ne devrait pas dépasser 50 à 60 cm.

compostage en tas

composteur en bois avec aération

Exemple d'aire de compostage avec entassements successifs à différents stades de maturation Composteur du commerce : il est plus haut mais les planches sont disjointes pour l'aération

 

Le tas peut être libre de tout aménagement. Cependant, pour éviter que les oiseaux ou les enfants ne viennent le gratter et l'éparpiller, il est bon de l'enclore avec quelque chose planches plaques de ciment, etc... et si vous êtes pointilleux sur l'esthétique de votre jardin, vous pourrez camoufler l'ensemble en plantant quelques arbustes autour.

Pour que le compostage se déroule bien, il faut respecter quelques conditions faciles :
- Le tas doit être fait à même le sol et non sur une surface bétonnée ou macadamisée. Ceci permet l'action des micro-organismes du sol (bactéries) et aussi la circulation et l'action bénéfique de multiples petits animaux (vers de terre, collemboles, acariens, etc...).
- Placer si possible le tas dans une zone à l'ombre, au moins partiellement, pour éviter le dessèchement. Pour la même raison, il doit être à l'abri du vent.
- Tenir le tas humide... humide mais pas trop mouillé. Il faut donc que la pluie puisse l'arroser naturellement et, s'il fait sec, il faut arroser avec mesure. L'eau est indispensable pour une bonne fermentation, mais l'excès d'eau empêche l'aération ; or l'air est aussi indispensable que l'eau car les bactéries qui conduisent la dégradation organique sont aérobies.
- Permettre une bonne aération du tas. Pour cela, il faut alterner ou mélanger les produits fins et les produits plus grossiers. Il est bon aussi de retourner le tas de compost, en utilisant une pelle-bêche et/ou une fourche, tous les 2 ou 3 mois, soit 1 à 2 fois avant son utilisation car il faut en moyenne 6 à 12 mois pour obtenir un compost correctement formé
- Additionner aux débris végétaux, de temps en temps au cours de l'entassement, un peu de terre normale émiettée ; celle-ci pourra apporter une correction de l'acidité qui se développe au cours de la fermentation.
- Additionner aussi de même, de temps en temps au milieu des végétaux frais, un peu de vieux compost qui apportera des germes bactériens ; ceux-ci activeront la mise en route de la fermentation.

- Additionner aussi, et c'est important, les cendres de bois dont on peut disposer (mais pas celles de charbon). Ces cendres ont perdu l'azote du bois au cours de la combustion mais elles ont conservé, entre autres, le potassium et une partie du phosphore. Or ceux-ci sont des éléments indispensables aux plantes, qu'on récupère ainsi des bois qui n'ont pu être compostés ; les cendres ont conservé aussi la plus grande partie des oligoéléments (magnésium, calcium, manganèse, aluminium, fer, cuivre, zinc, molybdène...) qui sont indispensables en très faible quantité à la vie équilibrée de la plante... et à la nôtre par la suite

tas de compost

tas de compost

Tas de composte à différentes étapes
de maturation
Tas de compost avec alternance
de débris fins et grossiers

 

L'utilisation des déjections animales peut être un bon procédé pour améliorer la qualité de l'amendement apporté par le compost et pour, en même temps, recycler utilement celles-ci. Mais de même qu'il faut éliminer. les plantes malades de la fabrication du compost, il faut éliminer les déjections d'animaux présentant des maladies parasitaires (ascaris, coccidies,...).
C'est le fumier de volaille qui est le plus riche suivi par ceux de mouton, de cheval et de lapin. LI
Dans tous les cas les déjections animales doivent subir une fermentaion aérobie pour obtenir une bonne minéralisation qui évitera à la fois les odeurs et les pertes d'éléments fertilisants ; pour cela, les matières doivent être mêlées à des matières cellulosiques (paille, foin, sciure ou écorces d’arbres, …) et être incorporées au compost.
L’utilisation ne devra se faire qu’àprès une bonne décomposition

 

Ce qu'il ne faut pas faire
Peu de choses sont à ne pas faire, toutefois l'une d'elles est vraiment néfaste : c'est d'entasser les débris végétaux dans une fosse.
En effet, dans ce cas, l'air ne pourra circuler et l'eau risque de baigner les déchets accumulés. La dégradation aérobie du compost ne pourra s'effectuer et ce sont des bactéries anaérobies qui se développeront, entraînant la dégradation des composés azotés en azote gazeux. On aura donc une dénitrification avec la perte d'une partie essentielle: l'amendement azoté. D'autres types de fermentations néfastes peuvent aussi s'y produire, sans compter, qu'en été, on aura là un excellent milieu pour le développement des larves de moustiques

compost mûr

compost mûr

Compost très mur et fin, tamisable Exploitation à la pelle de
compost mur, compact

 

Ce qu'on peut ne pas faire...
Certains manuels ou articles traitant de la culture biologique recommandent d'ajouter au compost différents produits : sang séché, poudre d'os, algues (maërl).
Bien sûr, on peut... et c'est vrai que ce ne serait pas inutile ; mais ces produits coûtent cher et je ne suis pas certain que l'amélioration apportée vaille le prix payé... car l'un des intérêts du compost, c'est justement qu'il ne coûte rien.

Si l'addition de maërl est quelquefois préconisée en culture biologique, elle est déconseillée écologiquement ; en effet le maërl est prélevé par dragage des fonds marins (en particulier sur les côtes bretonnes) et cette opération détruit des milieux précieux pour l'équilibre de la vie benthique des littoraux.

Cette fiche pratique sur le compostage comporte 3 pages

+ les matériaux à composter
+ la technique du compostage (vous y êtes)
+ l'utilisation du compost

 

maison.gif (1048 octets)

flèche.gif (1041 octets)

Fédération Nord Nature, 23 rue Gosselet, 59000 LILLE - Tel 03.20.88.49.33 - mail : secretariat@nord-nature.org