logo_nn.gif (3319 octets) Les fiches de Nord Nature Collection "Savoir" 2012 toutes les fiches
La renouée du Japon 2/2
moyens de lutte
 

 

Auteur : Alain Vaillant accueil

Cette fiche pratique comporte 2 pages :
+ description
+ moyens de lutte : vous y êtes

Sitôt installée dans un milieu propice, la renouée se développe rapidement, on aura toutes les peines du monde à l’en déloger, et cela pour plusieurs raisons :
+ Sa capacité à se reproduire de façon végétative (c’est à dire, sans floraison) : des tiges souterraines se développent en tout sens et portent des bourgeons dont la durée de vie est de 10 ans : une fauche, un brûlis, sont par conséquents inefficaces : les bourgeons souterrains réapparaissent grâce à des organes de réserves. Seul un arrachage parfait, avec enlèvement de toutes les tiges souterraines (ce qui est quasi impossible !) pourrait réussir à l’éliminer.
+ Sa production importante de graines
+ Les entretiens de bords de rivière mal conduits

La lutte préventive :
+ On pourrait éviter l’installation de la plante en favorisant des inondations répétées des berges et la diversité de la végétation (qui opposera une plus grande résistance à la renouée). Enfin, l’enrichissement de l’eau en azote (eutrophisation) est un facteur favorisant sa prolifération.
+ Des milieux aquatiques de qualité, avec une végétation rivulaire dense et variée sont les seuls garants d’une protection efficace contre l’arrivée de la renouée.
+ Enfin, l’enrichissement de l’eau en azote (eutrophisation) est un facteur favorisant sa prolifération.

La lutte curative :
+ Chimique : elle ne doçnne que des résultats à cour terme
+ Fauche : "La Renouée du Japon réagit à cette perturbation en augmentant les densités des tiges et en diminuant la hauteur et le diamètre des tiges. Les diminutions des hauteurs font suite à l’épuisement des réserves durant l’année entraînant une vitalité moindre de la plante. L’efficacité du contrôle est accrue en augmentant le nombre de fauches dans l’année ce qui permettra d’épuiser les réserves de la plante, et en appliquant un certains nombre de mesures sur le site de fauche : lors des dégagements et des fauches, couper les tiges en dessous du premier noeud, entasser les tiges sur le site même, pour limiter le transport et le risque de contamination, stocker les résidus de fauche sur bâche en milieu ouvert et hors zone inondable, recouvrir le tas pour éviter toute dispersion par le vent, laisser sécher les résidus pour les brûler dès que possible, retourner le tas 2-3 semaines plus tard pour favoriser le séchage, surveiller qu’aucun résidu ne s’enracine et , lorsque c’est le cas, l’extraire immédiatement, nettoyer les outils, les pneus et chenilles des véhicules. Suivre la gestion tous les mois pendant plusieurs années. Cette méthode de lutte est encore plus efficace quand elle est couplée avec d’autres mesures comme le reboisement." (extrait de la fiche cité ci-dessous)

Anecdote : à Merville, dans le nord, mon beau père a acquit une maison avec jardin en 1954. Cette maison avait été construite cette année là à l'emplacement de ruines d'un chateau démoli durant la 1ère guerre mondiale. La renouée du Japon s'y était installée et avait prospéré durant des dizaines d'années. En jardinier consciencieux, il arrachait systématiquement les pousses de renouée. En 2009, l'année de son décès, des pousses de renouée étaient encore apparues dans son jardin potager cultivé soigneusement durant 55 ans.

Bibliographie :
La Fédération des Conservatoires Botaniques nattionnaux a publié une fiche intéressante

maison.gif (1048 octets)

flèche.gif (1041 octets)

 

Fédération Nord Nature, 23 rue Gosselet, 59000 LILLE - Tel 03.20.88.49.33 - mail : secretariat@nord-nature.org